Assises du logement : l’expertise de CDC Habitat à l’honneur

Organisée par Batiactu le 24 juin 2019, la 2e édition des Assises du Logement a réuni 800 professionnels et décideurs du secteur. L’occasion pour CDC Habitat de revenir sur la place occupée par le logement dans le Grand Débat et d’expliquer son action pour lutter contre les copropriétés dégradées.

de Patrick Bernasconi, président du Conseil Social et Economique, Marianne Louis, directrice générale de l’Union Sociale pour l’Habitat, Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment, Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, Benoit Apparu, maire de Châlons-en-Champagne et président du directoire d’In’Li, et Denis Dessus, président du Conseil National de l’Ordre des Architectes

Devant un parterre de professionnels André Yché, président du directoire de CDC Habitat, a participé à la conférence inaugurale « le Logement au cœur du grand débat : quelles réponses ? », aux côtés de Patrick Bernasconi, président du Conseil Social et Economique, Marianne Louis, directrice générale de l’Union Sociale pour l’Habitat, Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment, Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, Benoit Apparu, maire de Châlons-en-Champagne et président du directoire d’In’Li, et de Denis Dessus, président du Conseil National de l’Ordre des Architectes.

Tous ont regretté que la question du logement n’ait pas été davantage abordée lors du Grand débat national, et qu’elle l’ait été uniquement sous son aspect budgétaire. « Le logement a été assez rarement abordé, seulement à travers des questions de pouvoir d'achat et non de cadre de vie », a regretté André Yché. Avec pour conséquence une vision réduite du logement, identifié seulement comme un poste d'économies possible pour réduire le déficit public. 

Pourquoi le logement ne mobilise-t-il pas plus les citoyens ? Les français sont-ils conscients de son utilité sociale ? Pour André Yché, « les difficultés traversées par le logement social résultent au fond de cette méconnaissance et de cette incompréhension, avec un besoin de remettre à plat notre propre discours et notre propre approche du sujet »

Expliquer et simplifier la question du logement 

Pour redonner au logement la place qu’il mérite, Marianne Louis a plaidé pour inclure « le logement en tant que bien de première nécessité », ou a minima y intégrer un degré plus élevé d'intérêt général. Pour Jacques Chanut, « il y a un devoir de pédagogie très fort à faire »

Au final, la crise des gilets jaunes a peut-être été le révélateur d'un besoin de simplification. Dans ce contexte, « comment faire en sorte que dans un maquis d'aides destinées aux ménages les plus modestes, nous soyons le plus efficace possible ? », s’interrogeait, Valérie Mancret-Taylor. Une réflexion qui a amené l'Anah à « remettre en cause ses aides ».

Alors qu’ils sont tous sous la menace budgétaire, ce débat a prouvé que les acteurs de l'architecture, de l'habitat et de la construction se retrouvent de plus en plus sur la crise du logement.

Expliquer notre action pour lutter contre les copropriétés dégradées

Arnaud Cursente, directeur des grands projets et de la rénovation des copropriétés dégradées, est par ailleurs intervenu aux côtés d’un représentant de l’Anah pour présenter les grands enjeux du plan Initiative Copropriété et la collaboration de CDC Habitat avec l’Anah sur ce sujet.